La pathologie du sanglier, ses maladies.

Les sangliers sont des animaux robustes - ils sont peu atteints de maladies en milieu ouvert, néanmoins il faut rester prudent quant à la consommation de leur viande - cette page sera simplement une information très générale et n'aura aucune prétention médicale ou vétérinaire.

On développera, ici, en priorité les zoonoses (Maladie commune à l'homme et aux animaux).

Page en cours d'incubation permanente!...  Mise à jour régulière -

Maladies du sanglier transmissibles à l'homme (ou parfois l'inverse)
Maladies infectieuses Maladies parasitaires externes Maladies parasitaires  internes
 

La maladie d'Aujeszky
Brucellose
Fièvre aphteuse
Hépatite E
Peste
La grippe porcine
Rage
Rouget
Salmonellose
Streptocoque suis
Tuberculose
Variole

La maladie de l’œdème

Les gales sarcoptiques et démodéciques.   Ascaridiose
Coccidiose
Cysticercose (ou ladrerie)
Trichinose

 

La maladie d'Aujeszky
(ou pseudo-rage) due à un virus du groupe des Herpesvirus n'est en général pas mortelle, le sanglier résistant à l'attaque de ce virus mais il devient porteur sain et donc contaminant pour les porcs qui sont très sensibles. Chez ce dernier, les symptômes sont assez souvent inapparents. Attention cette maladie qui touche les chiens de chasse n'a aucun traitement, ni vaccination, pour ceux-ci - alors surtout pas de la viande ou des viscères crus de sanglier.
Sources : Revues Haut de Page

 

Trichinose  
C'est une parasitose due à de petites nématodes, Trichinella spiralis, vivant dans l'intestin grêle du sanglier. les larves de ce ver rond blanchâtre de 1,5 à 4 mm se localisent dans les muscles notamment au niveau des insertions tendineuses.
Larves de trichine à différents stades (collection P.Zacharie) Nouveau : Pour servir du sanglier aux repas de chasse, il est dorénavant obligatoire de faire un contrôle pour dépister la trichinose.

Voir le livre de Monsieur MERZT

Chez l'homme, l'ingestion de viande parasitée non traitée ou mal cuite peut donc provoquer cette maladie : La trichinose ou trichinellose.

Notez bien : Si cette maladie n'est pas très grave pour le sanglier, chez l'homme elle peut être mortelle.

Une page spéciale "venaison" est en ligne  - Les informations vous éviterons bien des désagréments.(JFO)

Importance de la maladie en France :
Cette maladie est sporadique (quelques cas par an) mais il peut y avoir des épidémies d'une dizaine de cas localement.

Agent causal :
Parasite du genre Trichinella (principalement T.spiralis et T.britovi).

Voies de contamination : L'Homme peut s'infester par consommation de viande parasitée et insuffisamment cuite.

Symptômes chez l'homme : Troubles digestifs : diarrhée et colique accompagnées de fièvre et de maux de tête. Puis troubles musculaires : douleurs et parfois paralysie.

Prévention et recommandations : Toute viande de sanglier mise sur le marché a été soumise au contrôle obligatoire de Trichine en laboratoire.
La viande de sanglier qui n'a pas été contrôlée en laboratoire et partagée par les chasseurs doit être cuite à cœur. La congélation n'est pas garantie à 100% contre la Trichine. Pour fabriquer les charcuteries crues de sanglier, il est recommandé de faire contrôler en laboratoire préalablement.

Caractère saisonnier : Maladie présente toute l'année.

Présence géographique avérée : La maladie est présente sans doute avec une prévalence plus avérée élevée dans le Sud de la France.

Sources : internet, revues divers et ZOONOSES document FDNC Haut de Page

 

La grippe porcine Remise à l'ordre du jour par l'épidémie de la grippe mexicaine depuis fin Avril 2009.

 

La grippe porcine est une maladie respiratoire aiguë provoquée par un virus grippal porcin de type A. On dit grippe A pour la grippe mexicaine.

Elle est endémique chez les porcs et peut toucher les sangliers notamment lors de fortes concentrations. Le virus est transmis par contact direct et indirect et par aérosols, par des animaux malades ou porteurs.

En zone tempérée il existe des pics épidémiques en automne et en hiver.

Des vaccinations systématiques sont effectuées sur les populations de porcs dans de nombreux pays.

Sources : internet Haut de Page

 

La coccidiose Le sanglier peut contracter la coccidiose : elle se traduit par une diarrhée de couleur verdâtre et par un amaigrissement sévère avec retard de croissance chez les marcassins. L'intestin présente des lésions sous la forme d'une multitude de petites taches blanchâtres.
Traitement (En élevage)

Les médicaments utilisés pour combattre la coccidiose sont des coccidiostatiques ou des anticoccidiens. Le traitement doit être poursuivi durant une courte période, soit une semaine environ. Il peut être répété ensuite.

Parmi les médicaments, citons :

ules sulfamides. Ils peuvent être administrés avec l'alimentation à la dose de 100 à 150 mg par kg de poids d'animal à traiter.

u La sulfaquinoxaline peut être mélangée à l'eau de boisson à raison de 1 gramme par 4 litres d'eau, la sulfaguanidine à raison de 1 gramme par litre d'eau,

u la sulfachlorpyrazine (E.S.B.3) à raison de 600 milligrammes par litre d'eau,

u les nitrofuranes (furazolidone) sont administrés à la dose de 10 milligrammes par kilo de poids d'animal à traiter,

u l'amprolium est administré à la dose de 20 milligrammes par kilo de poids d'animal. Il peut être mélangé aux aliments à raison de 13 grammes d'amprolium par 100 kg d'aliments.

Un traitement spécifique ne doit pas concerner uniquement les animaux malades mais s'étendre à tous les animaux susceptibles d'être contaminés.

Le traitement préventif, répété, de la coccidiose, conseillé chez les animaux domestiques est déconseillé chez les animaux sauvages.

Sources : réseau SAGIR Haut de Page

 

Streptocoque suis Chasseurs: portez des gants lors des éviscérations ! même si certains se moquent de vos précautions !.... ils ont tort .
Importance de la maladie en France :
Cette maladie est identifiée parfois dans des cas de méningites en France. Une vingtaine d'observations en Europe occidentale depuis quelques années.

Agent causal Bactérie : Streptococcus suis.

Voies de contamination :
L'Homme se contamine par souillure d'une plaie au contact d'un animal infecté, par exemple lors de l'éviscération ou de la préparation de sanglier sans gants (il suffit d'une égratignure).

Animaux à risque pouvant transmettre la maladie à l'Homme :
Les porcs sont les principaux porteurs de cette bactérie mais les sangliers peuvent être porteurs.

Symptômes chez l'Homme :
Cette maladie cause surtout des méningites mais aussi des pneumonies, des endocardites et des arthrites. Il peut y avoir des séquelles : surdité, vertiges, troubles neurologiques.

Prévention Recommandations : Nettoyer et désinfecter tout de suite les plaies. Port de gants pour éviscérer le gibier.

Caractère saisonnier :
Maladie présente toute l'année.

Présence géographique avérée : Maladie présente surtout le territoire

Activités à risque : Chasse, éviscération et préparation de sangliers contaminés

Sources :
ZOONOSES document FDNC, avec l'accord du Directeur de FDC 58 - Merci à lui- JFO
Haut de Page

 

La rage Attention ne pas confondre avec la maladie d'Aujeski appelée également pseudo-rage
Maladie absente du territoire français sauf pour la rage des chauve-souris

Le sanglier peut être un vecteur de la rage (comme tous les mammifères) notamment dans certains pays non indemne.

 

  Haut de Page

 

Tuberculose Cuisinier, cuisinière : faites cuire la viande de sanglier à coeur .
Importance de la maladie en France :
Importance de la maladie en France Environ 50 cas par an remontant le plus souvent à une contamination ancienne.

Agent causal Bactérie :
Parmi les 3 bactéries qui peuvent causer une tuberculose chez l'Homme, celle qui provient de la faune sauvage est Mycobacterium bovis (tuberculose bovine).

Voies de contamination :
Par le passé, l'Homme se contaminait principalement par la consommation de lait cru de vaches contaminées. Ce risque n'existe plus en France. Les voies de contamination sont aujourd'hui le contact avec les viscères de gibiers contaminés (contact cutané principalement).

Animaux à risque pouvant transmettre la maladie à l'Homme :
Le sanglier (mais aussi le cerf et le blaireau) . La découverte de la tuberculose en France dans la faune sauvage est récente (2001). Il n'y a pas de cas humain aujourd'hui recensé, en lien avec les foyers de faune sauvage.

Symptômes chez l'Homme :
Inoculation : un ou plusieurs nodules, s'ulcérant et gros ganglions autour de la lésion. Peut évoluer vers des formes généralisées.

Forme viscérale : symptômes très variables selon l'organe atteint. Forme pulmonaire rare.

Prévention Recommandations :
Dans les territoires où la tuberculose en faune sauvage est avérée, porter des gants et un masque à l'éviscération, ne pas laisser les viscères dans l'environnement, ne pas donner d'abats crus aux chiens. Partout ailleurs : contacter les autorités sanitaires en cas d'abcès importants dans les poumons, les ganglions ou les cavités abdominale et thoracique d'un animal chassé.

Caractère saisonnier :
Maladie présente toute l'année.

Présence géographique avérée :
La maladie dans la faune sauvage apparaît en foyers : Seine maritime, Côte d'or, Corse, Dordogne, Pyrénées Atlantiques.

Activités à risque :
Chasse et éviscération sans gants d'animaux dans les territoires infectés. Gestion des foyers de tuberculose. Manipulation et élimination,sans gants, de déchets de gibier contaminés.Consommation d'un gibier insuffisamment cuit, dont les viscères étaient porteurs de lésions tuberculeuses.

Sources :
ZOONOSES document FDNC, avec l'accord du Directeur de FDC 58 - Merci à lui- JFO
Haut de Page

 

Hépatite E Cuisinier, cuisinière : faites cuire la viande de sanglier à coeur .
Importance de la maladie en France :
Importance de la maladie en France : De 9 cas en 2002 à 146 cas non importés en 2008. Maladie en expansion, dite " émergente ".

Agent causal Bactérie :
Virus de l'hépatite E (HEV), de la famille des Hepeviridae, souche 3f.

Voies de contamination :
Si, dans les pays en voie de développement, l'hépatite E est une maladie liée au faible niveau d'hygiène; dans nos pays, les cas d'hépatite E non importés, semblent avoir une origine zoonotique. L'Homme peut notamment se contaminer par la consommation de foie de suidés cru ou insuffisamment cuit.

Animaux à risque pouvant transmettre la maladie à l'Homme :
Le porc domestique est le principal porteur.
Des publications étrangères laissent à penser que le sanglier et le cerf peuvent être également concernés.
En France, aucun cas humain n'a aujourd'hui été mis en évidence en lien avec un animal sauvage contaminé. Mais le caractère émergent de cette maladie incite à la vigilance.

Symptômes chez l'Homme :
Cette maladie touche le foie, elle ne provoque pas de symptômes dans la moitié des cas. C'est principalement chez des femmes enceintes, des individus immunodéprimés ou dont le foie est fragilisé, que les symptômes apparaissent : fatigue, jaunisse, nausées, vomissements, douleurs abdominales. Cette maladie se complique très rarement en une hépatite fulminante.

Prévention Recommandations :
Pour les personnes à risque : éviter la consommation de charcuteries à base de foie de porc cru. Bien cuire les abats de suidés (y compris sanglier) : 5 min à 100° C minimum.
Mettre des gants pour éviscérer le gibier.

Caractère saisonnier :
Maladie potentiellement présente toute l'année.

Présence géographique avérée :
La maladie est surtout décrite sur le bassin méditerranéen mais les aliments à risque sont présents sur tout le territoire.

Activités à risque :
Eviscération de gibier (sanglier) sans gants ; consommation de foie de suidés insuffisamment cuit.

Sources :
ZOONOSES document FDNC, avec l'accord du Directeur de FDC 58 - Merci à lui- JFO
Haut de Page

 

La maladie de l’œdème

 

L'hécatombe de sangliers en Ardèche l'été 2013 a rappelé l'existence de cette maladie.
La bactérie responsable de la maladie de l’oedème chez les sangliers ardéchois est E.coli 0139k82.

Ce syndrome largement décrit chez les porcs est caractérisé en élevage par une mort subite ou le développement de signes nerveux associés à une colonisation de l’intestin par des shiga toxine d’Escherichia coli (STEC). A notre connaissance, la maladie n'avait pas encore été décrite chez les sangliers dans la littérature.

Sources : Extrait de la lettre N° 179 SAGIR

Réseau SAGIR, 2014, Surveillance sanitaire de la faune sauvage en France. Lettre n° 179. Ed. Office national de la chasse et de la faune sauvage, Paris, 9p

Haut de Page

 

A suivre
 
 

Le Réseau SAGIR Réseau national de surveillance sanitaire de la faune sauvage
Créé en 1986 par l'Office National de la Chasse et de la faune sauvage (ONCFS), le réseau SAGIR est un réseau national de surveillance sanitaire de la faune sauvage. Son premier objectif est de surveiller la mortalité des animaux sauvages et d'en déterminer la cause.

Il constitue un réseau d'alerte en cas de mortalité importante.

Le dispositif est fondé sur un réseau d'observateurs de terrain, principalement des chasseurs et des agents de l'ONCFS. Ces observateurs sont coordonnés par deux interlocuteurs techniques spécialisés dans chaque département, l'un de la fédération départementale des chasseurs et l'autre de l'ONCFS.

Pour consulter leur site cliquez sur SAGIR .
Merci à son responsable national du réseau SAGIR pour son accord de lien

 

Si vous souhaitez vous exprimer sur le sujet ( ou apporter des correctifs ou compléments d'information ) : 
Références :  Le sanglier et son élevage - D. et J. HECTOR - La maison rustique.
Les pathologies de E.Mertz
Elevage du sanglier de race pure JM PINET - Edition Avril 2002
Revues spécialisées.
Le réseau SAGIR
Réseau SAGIR, 2014, Surveillance sanitaire de la faune sauvage en France. Lettre n° 179. Ed. Office national de la chasse et de la faune sauvage, Paris, 9p

Vous êtes arrivé(ée) directement sur cette page Cliquez ici pour mieux naviguer et consulter les quelques 104 rubriques du Site du Sanglier de A à Z

 
 

Retour à l'index 


© Site du sanglier de A à Z - JFO Décembre 97.
Reproduction interdite sans l'accord de l'auteur
Mise à jour le 23-01-2014.