Le sanglier écolo

Page en cours de régénération...

Le sanglier écolo ? oui même si son statut de nuisible est notifié par les services officiels dans certains départements.

Le sanglier utile ? oui !

Confirmé récemment (le 28 févr. 2011) par un article scientifique et repris par l'AFP dont voici un extrait "...

"On a trouvé une quarantaine d'espèces de graines différentes dans les poils du sanglier", selon le chercheur, allant du plantain au trèfle en passant par le cynoglosse.

Le sanglier a une double particularité. Son pelage est constitué d'une double strate de poils très épais, à l'extérieur les soies plus longues et à l'intérieur une bourre constituée de poils beaucoup plus fins auxquels s'accrochent les graines. En outre il parcourt plusieurs kilomètres entre le lieu où il se nourrit et celui où il se repose.

"Sur son itinéraire, il y a des zones où il va se bauger (bains de boue), se gratter, etc. et donc, il peut ainsi permettre la dissémination des espèces végétales", explique M. Ballon..."

 

Régénération de la foret Fossoyeur Paysagiste Médecin, Docteur des arbres
       
       

* Le comportement alimentaire de «fouissage» est un élément déterminant pour l'écologie de la forêt .

Le sanglier est un véritable «paysagiste»: en labourant le sous-bois, il ameublit et aère la terre, enfouit des graines et des fruits (glands, l'aines) et il favorise ainsi la germination et la croissance de nouveaux arbustes; en extirpant les racines et les bulbes, il permet aux espèces de se régénérer à partir de morceaux oubliés.

Ne participe-t-il pas, à sa manière, au repeuplement naturel des forêts? Mais le sanglier fait encore beaucoup plus. Lorsqu'il fouille l'humus, il détruit un grand nombre d'insectes et de larves, soit directement par absorption, soit indirectement par le bouleversement occasionné dans le milieu ambiant. En Allemagne de l'Est, il y a quelques dizaines d'années, les forêts de pins ont été ravagées par les lyparis moines, les phalènes et les noctuelles.

Or, on s'est aperçu que dans les régions où les compagnies de sangliers étaient nombreuses les dommages restaient minimes. Au voisinage des bauges, les arbres étaient verdoyants, alors qu'ailleurs ils dépérissaient.

D'après Bubenik, un individu peut débarrasser de ses parasites, en une journée, environ 100 m2 de terre, et, en un an, quelque 1800 hectares.

Le sanglier joue donc un rôle prépondérant dans l'entretien sanitaire de la forêt ; il permet de maintenir dans des proportions raisonnables les populations d'insectes xylophages, ainsi que celles des petits rongeurs qu'il recherche avec gourmandise. Pour être juste, avouons que le sanglier ne fait pas la différence entre les insectes nuisibles à la forêt et ceux qui lui sont utiles.

Il détruit les nids de campagnols. Mais si certaines années il y a prolifération massive d'une espèce, celle des chenilles processionnaires du pin par exemple, notre animal peut rendre alors de bons services dans les pinèdes, car il les débarrasse d'une grande quantité de ces chenilles qui, en été, sont sur le point de se transformer en papillons ; il limite ainsi la propagation de la maladie.

N'oublions pas aussi qu'en consommant des charognes de grande taille, il joue le rôle de fossoyeur.

D'autres animaux profitent également des boutis du sanglier.

Après son passage, de nombreux passereaux y trouvent encore un grand nombre de vers et de larves mis à découvert dans la terre retournée.

 
Sources :   *Document sur le rôle écologique du sanglier - support inconnu Haut de Page

 

Si vous souhaitez vous exprimer sur le sujet ( ou apporter des correctifs ou compléments d'information ) : 
Références :  Le  Cochon des bois  Éditions Milan
* Document inconnu ( si quelqu'un le connaît - Passez un mail -Merci)

    Retour à l'index

 


© Site du sanglier de A à Z - JFO Décembre 97.
Reproduction autorisée avec  l'accord de l'auteur (mais en indiquant la source)
Mise à jour le 08-07-2015.