CROISEMENT -  Sanglier - Porc - et inversement ...

 

Avertissement de l'auteur : Cette page n'est qu'une approche de ce phénomène mis en exergue actuellement par une augmentation voire prolifération du sanglier et de tout le cortège d'affabulations de tous poils, de la cause de tous les maux,  de comportements curieux,  de moeurs bizarres ... et j'en passe. (JFO. Août 99).

le sanglier mâle doit développer son armure. Elle devient apparente dés l'âge de 30 mois et est pleinement développée vers l'âge de 36 à 48 mois.L'armure est une plaque dure, sous-cutanée, au niveau du cou jusqu'à  l'arrière des pattes avant. Elle est sans pli et à la course, elle ballotte de part et d'autre du corps. Elle atteint une épaisseur de 3 à 6 cmNom : Cosanglier, cochanglier,
 cochonglier, sangliochon, sangliocochon, sanglochon, etc...

Rappel : La domestication du sanglier remonterait à quelques 6000/9000 ans avant notre ère, l'évolution du sanglier vers des formes domestiques n'est donc pas encore terminée! une preuve le croisement sanglier-porc est possible et surtout fécond, d'une part et d'autre part, des porcs laissés en liberté et se croissants entre eux retrouvent les caractères de leurs ancêtres sangliers.

Définition : Actuellement seul le caryotype fait foi pour définir la pureté génétique d'un animal. Le sanglier doit posséder 36 chromosomes. Toute autre formule à 37 ou 38 chromosomes (hybride) présumerait d'un contact plus ou moins éloigné avec le porc domestique.

Pourquoi ces croisements ?  Accidentels : de tout temps, les porcs domestiques et les sangliers ont plus ou moins fréquentés les mêmes territoires (Au moyen Age notamment avec l'élevage en liberté des porcs lors du panage (glandées)) : les rencontres amoureuses devaient bien se faire !

Volontaires : Les lâchers d'animaux hybrides par des "chasseurs" et par  des "éleveurs" peu scrupuleux pour  réintroduire le gibier ou compenser   les prélèvements sans se soucier du lendemain. Il faut savoir également que les hybrides se reproduisent plus vite et grossissent plus rapidement . Ceci explique cela !

Comment les reconnaître ? très difficile parfois mais voici quelques éléments morphologiques du sanglier.

Attention : le comportement d'un animal (ou d'un groupe)  ne peut à lui seul permettre d'affirmer qu'il s'agit de "cosangliers" - le raccourci est souvent fait quant on lit la presse... ne pas confondre pur et sauvage

Cela se complique ? Pour certaines sous espèce de sanglier en Europe Centrale par exemple, on trouve naturellement des animaux à 38 chromosomes !

Conclusions partielles mais non définitives...

La récente prise de conscience du véritable danger de pollution génétique et de la pérennité du sanglier sauvage est encourageante. La chasse aux chasseurs "lâcheurs" et la charte du sanglier d'élevage sont déjà des éléments favorables.

Ensemble continuons.

Demain peut-être regrettera-t-on cette dégénérescence de notre dernière "grosse bête farouche, celle qui exprime le mieux la sauvagerie de la forêt, lui donne une vie animale à l'échelle de ses arbres" (R. Hainard).

 

 

PORC : n=38 X SANGLIER : n=36 Þ CROISE : n=37

PUR ou SAUVAGE

    Attention pas de confusion, un sanglier caryotypé mais gavé au maïs, habitué à l'homme ne sera pas sauvage pour deux sous , en revanche un bâtard né dans le maquis se comportera comme un animal sauvage avec tous ses instincts de survie.

(Retour au texte )

CROISE : n=37 X CROISE : n=37 Þ 1/4 à n=38
Þ 1/2 à n=37
Þ 1/4 à n=36
CROISE : n=37 X SANGLIER : n=36 Þ 1/2 à n=36

Þ 1/2 à n=37

CROISE : n=37 X PORC : n=38

(Retour au texte )

Þ 1/2 à n=38

Þ 1/2 à n=37

 

Rappel de quelques éléments morphologiques concernant le sanglier.
Les éléments ci-dessous ont été recueillies dans la littérature scientifique ou cynégétique. Ils constituent des indications générales et ne doivent pas être considérées comme un standard sans une discussion critique approfondie.
Génétique : Le sanglier doit posséder 36 chromosomes
Longueur du nez : La mesure doit être prise du coin inférieur de l'oeil au centre du groin à l'extrémité supérieure. Ce nez est habituellement allongé chez les sangliers de nos régions. Il devient busqué chez les sangliers d'Europe orientale.
Oreilles : Elles doivent être courtes, droites et portées vers l'arrière. Les sangliers d'Europe orientale ont les oreilles plus grande en proportion.
Dents : Le sanglier possède 44 dents
Corps : Le corps doit être de forme ovale et non cylindrique comme le porc. Il doit être ramassé et avoir un développement plus avant important qu'à l'arrière (morphologie s'apparentant à la forme du bison). De plus, l'arrière-train, soit le haut des fesses du sanglier devrait être plus bas que la ligne du dos. Ce caractère n'est ' facile à apprécier
Robe : Le sanglier ne doit pas avoir de tâches blanches ou rosées soit aux poils, aux sabots ou au nez.
Poils : Le sanglier devra conserver 3 cm de longueur de poils lors de la mue l'été. De plus il devra conserver des soies de 10 cm au garrot
Queue : La queue doit être droite. Elle est munie d'une touffe de poils à son extrémité..
Profil : La hauteur des pattes doit être égale à la distance entre les pattes avant et arrière, c'est à dire doit s'inscrire dans un carré.
Mamelles La laie possède 10 allaites.
Rayures : Le marcassin doit conserver ses rayures jusqu'à 4 mois. Les rayures comportent 11 bandes noires dont 1 sur l'échine et 5 de côté.
Mâle : le sanglier mâle doit développer son armure. Elle devient apparente dés l'âge de 30 mois et est pleinement développée vers l'âge de 36 à 48 mois.
L'armure est une plaque dure, sous-cutanée, au niveau du cou jusqu'à l'arrière des pattes avant. Elle est sans pli et à la course, elle ballotte de part et d'autre du corps. Elle atteint une épaisseur de 3 à 6 cm

(Retour au texte )

 

Le caryotype, c'est-à-dire l'arrangement et la forme typique des chromosomes d'une cellule d'un individu, sont sa véritable carte d'identité. Pour le sanglier européen de souche pure, il a été admis, après d'innombrables confrontations et controverses entre savants, que le caryotype serait à n = 36. Le porc issu de la domestication du sanglier possède un caryotype à n = 38. (G.Valet) (Retour au texte ) Depuis 1990, La fédération Nationale du Sanglier préconise le caryotypage des reproducteurs. "...un caryotype certain, un phénotype exemplaire, une bête vraiment sauvage et voilà un vrai sanglier sauvage..." Extrait de la lettre N° 31 Avril 98

Fédération : 16 Rue Claude Bernard 75231 Paris Cedex 05

(Retour au texte )

Le porc domestique est, en effet le produit de la domestication du sanglier.
Les plus anciennes traces connues de la domestication de cette espèce remontent à 6000-9000 ans. Des gravures anciennes indiquent que jusque vers la fin du Moyen Age (XV e siècle), le porc domestique ressemblait beaucoup au sanglier: tète allongée, oreilles dressées.
Aujourd'hui, par la maîtrise de la sélection ,leurs silhouettes sont devenues très différentes. la domestication entraîne des modifications génétiques, donc héréditaires.

NB: Cette page sera enrichie au fur et à mesure des informations communiquées ou connues - JFO

Références ( Je ne peux que recommander la lecture des ouvrages ci-dessous.)
Ma vie chez les sangliers, H.MEYNHARDT, 1991  
Le petit livre vert du chasseur  - 1984  
Du SANGLIER A LA BÊTE NOIRE, G.VALET, 1996  
La lettre du sanglier N° 31  (Fédération Nationale du Sanglier )  

Retour à l'index

 


© Site du sanglier de A à Z - JFO Décembre 97.
Mise à jour le 10-06-2015.