COLLISIONS - ACCIDENTS ROUTIERS - AUTRES

Comment limiter les collisions
ACCIDENT CHASSE COLLISIONS
Saison 03/04 Saison 04/05 ROUTES

AUTOROUTES

TRAIN AVION AUTRES
Bon à savoir

Accidents de chasse 2003/2004 en France

203 accidents dont 29 mortels.
  • L'auteur est posté dans 1 cas sur 2,
  • Dans 60% des cas de chasse au grand gibier, les accidents sont dus à des tirs sur sanglier,
  • 1 accident sur 2 intervient en battue organisée

Extraits Chasse sanglier passion N° 44 - sources ONCFS

Accidents de chasse 2004/2005 en France

167 accidents dont 25 mortels.
  • Sur les 167 accidents,  48,8% concernent la chasse au grand gibier et 51,2% pour le petit gibier -  il y a inversion des proportions entre 2003 et 2005.
  • Dans 65 % des cas de chasse au grand gibier, les accidents sont dus à des tirs sur sanglier.

sources ONCFS

Retour en haut de page

 

Bon à savoir

La Fédération nationale des chasseurs et l'Automobile club allemand ont procédé à des calculs mettant en évidence les forces physiques que représentent les collisions avec les différents ongulés du pays.

C'est ainsi qu'avec une vitesse de 100 km/h, si un animal traverse la route à 60 mètres de la voiture, cette dernière entrera en collision à une vitesse résiduelle de 6T km/h, ce qui pour un cerf correspond à une masse de 5 tonnes, soit celle d'un éléphant, un sanglier en rhinocéros (3,51) et un chevreuil en buffle (0,81).

NDLR : Peut être un argument qui pèsera et rappellera à ralentir aux panneaux !....

 Source : La revue nationale de la chasse Octobre 2010

Risques routiers. Les animaux sauvages se déplacent davantage en période de chasse. Gibiers : la période du danger.

Selon les assurances et les spécialistes des animaux chassés en France.

Les accidents avec gibier surviennent en particulier en période de chasse (de fin septembre à février), ou de reproduction (en avril et en mai). Les animaux chassés la journée regagnent les territoires quittés au début de la nuit, ou en période crépusculaire, où le risque de traversée de routes est le plus important.

Avez-vous constaté ce phénomène ?

Alors allez sur http://lesanglier.forumactif.net/t373-sangliers-la-periode-du-danger#1681

 

En 1997, lors de la création du site, les accidents routiers dus aux sangliers étaient rares et localisés. Ils faisaient alors les gros titres dans la presse.

Aujourd'hui c'est l'inverse, rares sont les journaux locaux et nationaux où il n'est pas fait mention de notre animal : cause de collisions. - en dehors de ses incartades ou autres frasques sanglières ( irruptions dans des magasins,  incursion dans des écoles - irruption chez des particuliers, etc.)

En 2005, le sanglier représentait 24% des collisions routières contre 11% en 86 avec des risques supplémentaires dus aux poids de l'animal comparé à celui du chevreuil (69%).

Sources : ONC 2006

 

Décembre 2012 - Un chasseur de sanglier meurt touché en plein coeur, ...
Janvier 2013 - Peut-on tirer sur un sanglier et tuer un automobiliste?

70 % des accidents se produisent lors de la chasse aux sangliers, ... (Sources Presse)

La liste est longue, trop longue alors si le sanglier n'est pas un animal  dangereux, sa chasse, par contre, l'est !...

Dimanche 6 Octobre 2013 - Nièvre

Accident de chasse dans la Nièvre : un homme tué lors d'une battue au sanglier.

Sources : le Journal du Centre du 07 Oct 2013

Relevés dans la presse locale, Le Journal du Centre, ces deux accidents de chasse avec hélas, des morts.
L' imprudence en est souvent la cause et les responsabilités sont parfois partagées : le tireur, qui n'a pas identifié sa cible ou mal évalué la trajectoire de son projectile (Tir non fichant, brouillard, etc..) et la victime, qui elle, s'est déplacée de son poste, est rentrée dans l'enceinte ou a poursuivi elle-même l'animal ...  
Mais le sanglier est aussi responsable d'accidents de la circulation, dommages matériels et corporels notamment la nuit, au cours de ses déplacements .
(Article de presse JOURNAL DU CENTRE du 20/03/98)
(Article de presse JOURNAL DU CENTRE du 09/01/98)
Retour en haut de page

POUR PREVENIR LES ACCIDENTS DE CIRCULATION

Une initiative en Nièvre :

Aménagement routes en Nièvre

Les populations de grands mammifères (chevreuils, sangliers et cerfs) et le trafic routier (+ 25 % en vingt ans) n'ont cessé d'augmenter depuis les années 80. Cette évolution semble aujourd'hui se stabiliser. En 2008 dans la Nièvre, les collisions véhicules-animaux sauvages ont toutefois représenté plus de trois cents accidents connus. Chiffre qui reste moins élevé que dans la plupart des départements français où densité d'animaux et nombre de collisions sont bien plus importantes. Réfléchir la lumière À partir de ce constat, la Fédération des chasseurs de la Nièvre, en lien avec le Conseil général, va ajouter une mesure de prévention aux traditionnels panneaux signalant une portion routière comme lieu de traversée de la faune sauvage. Cette mesure de prévention, prévue pour 2010, consistera à implanter des réflecteurs aux bords de certaines routes proches de la forêt. L'objectif est de réfléchir de part et d'autre de la route, dans le bois, le faisceau lumineux des phares et ainsi, d'effrayer les animaux de manière à ce qu'ils ne traversent pas devant votre voiture. Pour la première année, des zones tests connues pour leurs dangerosités sont en train d'être désignées et seront bientôt équipées de réflecteurs. Si l'essai est concluant d'autres portions routières seront équipées. Cependant, l'automobiliste doit également savoir identifier les horaires à risques, notamment à l'aube et au crépuscule. Les réflecteurs ne sont pas des dispositifs miracles qui empêcheront toutes les collisions routières avec un animal sauvage en zone forestière. Ils permettent d'en diminuer le nombre, particulièrement s'ils sont combinés à d'autres mesures de prévention. À l'instar de la multiplication de panneaux signalant la présence d'animaux et le prélèvement d'animaux par la chasse. Restez prudent et attentif au volant notamment au crépuscule et à l'aube, et dans les zones signalées par des panneaux... * (*) Préconisations de la Fédération départementale des Chasseurs de la Nièvre.

Sources : Journal du Centre du dimanche 13 décembre 2009

De nos jours, il existe en Autriche, de chaque côté de route, des réflecteurs-avertisseurs destinés au gibier qui reflètent le faisceau lumineux des phares des véhicules automobiles sur les bas-côtés. Sur les routes équipées de ces réflecteurs, les accidents de nuit, dus au gibier, ont régressé de 80 %.

( Ref : La revue nationale de la chasse de Sept 76 N°348 page 29)

sanglier courant (conception JFO) Nous ne pouvons que conseiller de ralentir lors de la traversée de massifs forestiers notamment à la tombée de la nuit et au lever du jour.
 
C'est d'octobre à février que les collisions sont les plus fréquentes, ainsi que d'avril à juin. 80 % des collisions se produisent sur les routes départementales, principalement de 4 à 12 heures et de 16 heures à minuit . (Source FDC Loir-et-Cher)
Retour en haut de page

Dans le cadre d'un partenariat de longue date avec les fédérations de chasse, Escota a imaginé un projet de sécurisation de l'autoroute et de protection des animaux : des échappatoires à faune.

VOIR LA PAGE AMENAGEMENT  
Retour en haut de page

Les sangliers ne toujours dans les bois ou sur les routes, ils sont aussi parfois sur la voie et pas toujours la bonne.
Deux heures de retard, après une collision avec un sanglier
Ligne SNCF Paris Nevers

Le train corail Paris Nevers, attendu en gare de Nevers, vers 21 heures, le lundi 26 janvier, est arrivé dans la Nièvre avec plus de 2 heures de retard. Une collision avec un sanglier, survenue entre Nogent-sur-Vernisson et Gien a légèrement endommagé l'avant de la motrice. L'arrêt en gare de Gien s'est prolongé, le temps de détordre le chasse-pierre situé à l'avant de la motrice.

Cette situation accidentelle ayant entraîné un retard important s'ajoute, à la liste des désagréments relevés par certains voyageurs réguliers, toujours des retards plus ou moins conséquents.

 

Sources : Le régional de Cosne Jeudi 29 janvier 2009

 

Retard SNCF à cause d'un sanglier
Nevers. - Le train de 17 h 27 au départ de Paris et à destination de Clermont-Ferrand a heurté un sanglier à hauteur de Tracy-sur-Loire, entre Cosne et Nevers, endommageant l'engin moteur et nécessitant une "marche prudente". Suite à cet incident, la circulation ferroviaire a été fortement perturbée dans les deux sens de l'axe, entraînant des retards de l'ordre de une heure à deux heures selon les train.
La SNCF regrette vivement la gêne occasionnée à ses clients et leur demande de bien vouloir accepter ses excuses.

Journal du Centre du 20/12/01
SAINT-OUEN-SUR-LOIRE

UN SANGLIER PERCUTÉ PAR UN TRAIN. Le train reliant Decize-Nevers a percuté un sanglier, avant-hier, vers 23 h, à Saint-Ouen-sur-Loire. Plus de peur que de mal dans cet accident, qui n'a pas fait de blessés. Tous les passagers, au nombre de huit, ont dû quitter le train qui a été endommagé. Les sapeurs-pompiers de Decize sont venus assurer la descente du train des passagers,jusqu'au point de rassemblement, en installant un éclairage. Les passagers ont ensuite été pris en charge par des taxis.

Journal du Centre 05 Janvier 2006
TRAIN CONTRE SANGLIER A VILLECHAUD

Petite panique, avant-hier soir, aux alentours de 19 h 30, pour les 592 voyageurs du Corail à destination de Paris. À hauteur de Villechaud, celui-ci a percuté un sanglier qui errait sur la voie.

Par précaution, les sapeurs-pompiers du CSR de Cosne se sont rendus sur les lieux ainsi que les gendarmes de la brigade de la Ville. Le bouclier avant de la locomotive ayant été quelque peu endommagé par la violence du choc, le convoi, au ralenti, a poursuivi jusqu'en gare de Cosne, où les agents de la SNCF ont réparé les dégâts occasionnés sur la machine.

Finalement, un train de substitution a été dépêché en provenance de Nevers pour prendre en charge les voyageurs à destination de la capitale, ce qui a occasionné un retard de deux heures.

Journal du Centre Mardi 31 janvier 2006
Retour en haut de page

 

Quatre heures de retard après un choc avec un sanglier

La SNCF semble jouer de malchance, avec de nouveaux problèmes rencontrés sur la ligne Nevers-/Paris-Bercy, hier matin. Après des retards consécutifs a un problème de caténaire 25.000 volts touchée par des branches, lors d'une rafale de vent, dimanche après-midi, à Nevers, c'est un choc avec un sanglier qui a retardé le train Nevers/ Paris-Bercy.

Cette fois, c'est l'Intercités numéro 5904, parti vers 6 h de Nevers, qui a été stoppé dans sa course après avoir pris des passagers à Cosne-sur-Loire. La collision avec l'animal sauvage de plus de 120 kg s'est produite à Châtillon-sur-Loire (Loiret). L'ensemble ferroviaire, d'un poids de 400 tonnes en charge, et qui circulait à environ 150 km/h au moment de l'impact, a été sérieusement endommagé. Le chasse-pierre en acier a, notamment, été tordu. Ce qui a occasionné des dégâts importants au système de freinage et à la conduite générale.

Après de nombreuses vérifications, le train est allé en " marche à vue " jusqu'à Gien. Les passagers ont ensuite été pris en charge dans un bus, jusqu'à Montargis, avant de pouvoir reprendre la voie ferrée dans un autre convoi Intercités. Il ont pu rejoindre la gare de Bercy un peu avant 13 h.

Selon la SNCF, ce genre d'accident reste " assez rare ". D'ordinaire, ce sont plutôt les automobilistes qui font ce genre de mauvaise rencontre, notamment à partir du mois d'octobre, et généralement à la tombée de la nuit. Plusieurs accidents mortels ont d'ailleurs été déplorés, en France, l'an dernier.

Sources : Le Journal du Centre
Sources : Le Journal du Centre Mardi 6 Octobre 2010
Retour en haut de page

Décidément le sanglier ne "prend" pas bien le train

INSOLITE

Collision entre un skieur hors piste et un sanglier à Auris en Oisans (Isère) - jeudi 01 mars - 18h39

GRENOBLE, 1er mars (AFP) - Une collision entre un skieur qui pratiquait le hors piste et un sanglier s'est produite jeudi vers 10h00 à Auris en Oisans (Isère), sans faire de victime, a-t-on appris auprès des CRS de montagne de l'Alpe d'Huez.

L'animal s'était empêtré dans des buissons et dans 15 cm de neige fraîche vers 1.900 m d'altitude, lorsque le skieur, âgé d'une trentaine d'années et habitant la région parisienne, l'a percuté. L'animal a aussitôt pris la fuite.

"Nous sommes allés voir sur place, on a retrouvé des traces et des poils, mais pas de sang, donc il ne semble pas avoir été blessé", a indiqué un sauveteur, qui a qualifié cet incident d'extrêmement rare.

Sources AFP

     Retour à l'index

 


© Site du sanglier de A à Z - JFO Décembre 97.
Mise à jour le 11-06-2015.