Le Sanglier et les Rossignols

 

    Un homme riche, sot et vain,
Qualités qui parfois marchent de compagnie,
Croyait pour tous les arts avoir un goût divin,
Et pensait que son or lui donnait du génie.
Chaque jour à sa table on voyait réunis
Peintres, sculpteurs, savants, artistes, beaux esprits,
    Qui lui prodiguaient les hommages,
Lui montraient des dessins, lui lisaient des ouvrages
Écoutaient les conseils qu'il daignait leur donner,
Et l'appelaient Mécène en mangeant son dîner.
Se promenant un soir dans son parc solitaire,
Suivi d'un jardinier, homme instruit et de sens,
Il vit un sanglier qui labourait la terre
Comme ils font quelquefois pour aiguiser leurs dents
Autour du sanglier, les merles, les fauvettes,
Surtout les rossignols, voltigeant, s'arrêtant,
Répétaient à l'envi leurs douces chansonnettes,
Et le suivaient toujours chantant.
L'animal écoutait l'harmonieux ramage
Avec la gravité d'un docte connaisseur,
Baissait parfois la hure en signe de faveur,
Ou bien, la secouant, refusait son suffrage.
    Qu'est-ce ci ? dit le financier:
    Comment, les chantres du bocage
Pour leur juge ont choisi cet animal sauvage !
Nenni, répond le jardinier :
De la terre par lui fraîchement labourée
Sont sortis plusieurs vers, excellente curée
    Qui seule attire ces oiseaux;
    Ils ne se tiennent à sa suite
    Que pour manger ces vermisseaux,
Et l'imbécile croit que c'est pour son mérite.

Jean-Pierre Claris de Florian, le Sanglier et les Rossignols, fable

    Retour à l'index


© Site du sanglier de A à Z - JFO Décembre 97.
Mise à jour le 30-12-2010.