SALIES DE BÉARN, cité du sel et le sanglier dans tout ça?

LE SANGLIER DE LA LÉGENDE.

"Une vieille légende dit qu'un sanglier blessé par des chasseurs, vint mourir dans une mare d'eau salée; ainsi l'on découvrit la source. Or dés les temps préhistoriques, vers l'an 2000 avant J. C., était déjà née la cité du Sel. Son histoire tourmentée gravite autour de cette exploitation qui depuis le Haut Moyen Âge revient par héritage à un millier de Salisiens. En 1523, la ville fut détruite incendiée par les Espagnols conduits par le Prince d'Orange, allié de Charles Quint. Depuis cent ans. Salies est une ville thermale dont l'eau guérit et régénère"

UNE CURIEUSE LÉGENDE QUI PALLIE LE MUTISME DE L'HISTOIRE

"Il était une fois, il y a bien longtemps, car c'était au temps où les bêtes parlaient, un féroce sanglier aux soies épineuses et au boutoir terrifiant qui dévastait la région appelée bien plus tard le Béarn, et couverte alors d'épaisses forêts. Il semait la terreur sur son passage... "
Ainsi commence l'histoire des origines de Salies-de-Béarn, par un véritable conte de fées, une légende bien connue de tous les habitants de Salies depuis fort longtemps ;
" La légende du sanglier ".
Elle n'a pas été rédigée hâtivement, il y a un siècle, par nécessité, pour esbaudir les étrangers qui commençaient à affluer vers la source miraculeuse. Nous n'en voulons pour preuve qu'un rapport du citoyen Larrouy.Soulenx, maire de Salies après la Révolution française, adressé au citoyen Guinebaud, préfet des Basses-Pyrénées. Ce texte démontre l'ancienneté de cette belle histoire :
Suivant une ancienne tradition confirmée par un monument dont. les traces sont à peine effacées, un sanglier donna lieu à la découverte de la fontaine salée possédée par les descendants des propriétaires de la partie de la forêt dans laquelle elle fut trouvée.
Ce sanglier, poursuivi, se réfugia dans un marais bourbeux, où il fut blessé par les chasseurs. Il s'élança sur le coup et alla mourir au loin. On le suivit et on le trouva couvert de cristaux de sel produits par l'évaporation de l'eau de ce bourbier. C'est à. cette découverte que Salies doit son origine. Les propriétaires de cette forêt formèrent pour exploiter la source, des établissements dont le premier fut une maison qu'on doit encore à l'un des coins du bassin où elle dépose ses eaux (la maison Montesquiut ou du Grand Balcon). Son aspect et sa construction gothique attestent son antiquité. Au-dessus de la petite porte qui lui sert d'entrée, on distinguait encore, il y a quelques années, sur une pierre marquée par l'empreinte des siècles, les pieds d'un sanglier avec cette inscription béarnaise:

Le livre de Monsieur Jean Labarthe

" Si you nou eri mourt, arres n'y bibéré ".

Outre que le fonds de cette anecdote est généralement, connu,  je l'ai recueillie d'un de nos concitoyens, descendant de la famille qui forma ce premier établissement et qui conserve à ce sujet un titre qui remonte au XIIIe siècle.

Extrait du livre : Salies de Béarn Cité du Sel de Jean Labarthe

Le musée du sel

Les thermes

l'unes des rues de la cité

Salies, son blason  A voir et à revoir... La fête du sel, l'événement majeur de l'année (2e WE de septembre) du 9 au 12 septembre pour 2004.(à confirmer)
Le musée du Sel, la place du bayàà, les Thermes, etc., etc.,
Office de tourisme,  Rue des bains - BP 26 - 64270 SALIES-DE-BÉARN

 

Références :  Salies de Béarn Cité du Sel de Jean Labarthe
Nos remerciements à Madame LABARTHE pour son accord de publication - JFO. 
Photos JFO.
Documentation de l'office de tourisme de Salies-de-Béarn.

    Retour à l'index  


© Site du sanglier de A à Z - JFO Décembre 97.
Reproduction interdite sans l'accord de l'auteur
Mise à jour le 05-09-2014.