REVUE DE PRESSE

Extrait du Journal du Centre du 20/05/99

Article de JP Triboulet

RETOUR AUX SOURCES - Les chasseurs nivernais conscients de leurs responsabilités.

"... Le grand gibier est en pleine progression. Le plan de chasse 1998-1999 a été réalisé à plus de 93%. Ainsi 4673 chevreuils , 736 cerfs et biches et 3000 sangliers ont été prélevés. Si les deux premières espèces posent, pour l'instant encore, peu de problèmes de dégâts, il en va tout autrement du sanglier. Morceaux choisis dans le discours fleuve du président : " La population de sangliers, en légère diminution, est beaucoup mieux répartie. Il nous faut maintenant gérer l'espèce de façon à protéger notre mode de chasse traditionnel, en évitant les excès commis au niveau national. Le sanglier est un animal de grandes forêts et non de boqueteaux. Et même dans les grands massifs, sa densité ne devrait jamais dépasser les possibilités naturelles d'accueil du territoire. Cette densité varie selon les régions, mais ne saurait être supérieure à trois animaux aux 100 ha ".

Lors de la saison qui vient de s'écouler, le montant total de la facture des dégâts de grand gibier est sensiblement le même que l'an passé : à savoir près de trois millions de francs et, à titre d'information, de douze millions de francs en Côte-d'or. Au niveau national, l'augmentation est de 17 %, en valeur réelle.

En laissant la bride sur le cou des sangliers, le timbre grand gibier restera stable pour la prochaine campagne, au tarif de 280 F. ..."

 

Extrait du Journal du Centre du 15/01/2000

L'histoire d'amour de la laie et de la jument finit mal
(Dans un village de la Nièvre)

Dans un monde géré, réglementé, les gens hors norme sont encore montrés du doigt. Heureusement, ils sont protégés par la loi. On ne peut attenter à leur façon de vivre, sans encourir les foudres de celle-ci et c'est bien ainsi.
La loi est infiniment plus rigoureuse lorsqu'il s'agit d'animaux dits sauvages.

Et, dans la commune, on a découvert le rôle de certains gardes-chasses. Une jument répondant au doux nom de Babynou vivait dans un pré non loin du bourg ; une jeune laie que l'on baptisa La Sanglière s'est prise d'amitié pour la jument. Elle est venue progressivement vivre auprès d'elle sans aucune intervention de l'homme. Cette amitié toucha les gens du village.

Un équin et un porcin, le tandem était pour le moins étrange, mais la nature est ainsi faite. Arrivèrent bientôt des gardes-chasses, bien renseignés sur les faits et gestes de la Sanglière. Vaillamment, n'écoutant que leur courage; ils ont approché l'animal et lui ont logé... de quoi rejoindre le paradis des cochons.

Il existait, sans doute, aucune autre solution...jumentlaie.jpg (13772 octets)

Depuis, Babynou, le vague à l'âme, traîne ses sabots et recherche son amie, désespérément, devant son désarroi, ses maîtres ont dû la déplacer, l'installer dans un autre champ, prés de la rue principale, afin qu'elle ne se sente pas totalement abandonnée.

Le journal du Centre du Samedi 15 Janvier 2000

 

Extrait du Journal L'Yonne Républicaine du 10/01/2000
Un sanglier à la discothèque
Dans la nuit de samedi à dimanche, vers 4 heures, un sanglier a été découvert en train d'errer sur le parking de la discothèque La Nuit d'Etang, à B...... (Puisaye). Les pompiers ont été alertés et quand ils sont arrivés, le sanglier mangeait tranquillement des croissants offerts par des jeunes sortant de la discothèque. L'animal a été chassé vers les bois environnants.

L'Yonne Républicaine 10/01/2000

 

Extrait du Journal du Centre du 24/02/2000
" ...Et la gestion du sanglier.
Ne refusant pas de faire face à ses responsabilités, le président Bernard Pignot, chasseur de grands espaces au chien courant, a un faible pour le sanglier. Le vrai, pas l'ersatz, qui se promène aujourd'hui dans les parcs, et sort des taillis au grand jour : " J'aurais préféré que l'on renforce le pouvoir des fédérations au lieu de les amoindrir.

J'ai fondé de grands espoirs dans cette loi pour qu'elle moralise la chasse. La gestion du sanglier est un scandale. A ce propos, les fédérations avaient demandé que soit créé un schéma départemental de gestion, proposé aux fédérations par l'intermédiaire de ces mêmes fédérations. Un plan de gestion qui n'a pas été retenu au niveau national; de peur peut-être de perdre des permis. A mon avis, il est plus important de gérer le massacre des sangliers, que de se mobiliser pour quinze jours supplémentaires de chasse au canard. Dans ce projet de loi, avant amendements, c'est l'union des fédérations qui va se trouver renforcée, alors que c'est au niveau local qu'il aurait fallu renforcer les prérogatives, en délocalisant, je le réaffirme, le système des indemnisations ....."

Extrait d'un article "La dernière campagne du président Bernard Pignot" - Journal du Centre du jeudi 24 février 2000.- Jean Pierre Triboulet

( Après dix-huit ans de présidence de la Fédération, Monsieur Bernard Pignot, "frappé" par la limite d'âge, a tiré sa révérence le 12 mai 2000)

 

UN ARTICLE DE LA REVUE "NOS CHASSES" de JUILLET 2000 - A lire et à méditer
LE SANGLIER LE MOINS CHER DE FRANCE VIT....
AU MILIEU DES MAÏS.

noschasses2.jpg (11398 octets)"...Pareil résultat global est déjà exceptionnel mais que dire de celui enregistré sur le secteur de Trelon, où le sanglier tué a coûté à peine 10 F alors que ce massif de 8.000 ha environ dont les lisières sont très découpées est, de surcroît, entouré de maïs surtout destiné à l'ensilage..."
(très court extrait).

Un excellent article de Jean BERTON, qui prouve que le sanglier peut cohabiter avec le fermier...

Mr BERTON est l'auteur du livre "Si on ne chassait plus ?" - Edition Crépin-Leblond. 

 

Collision entre un skieur et un sanglier

Grenoble. - Une collision entre un skieur qui pratiquait le hors piste et un sanglier s'est produite, jeudi vers 10 h, à Auris en Oisans (Isère), sans faire de victime.

L'animal s'était empêtré dans des buissons et dans 15 cm de neige fraîche vers 1.900 m d'altitude, lorsque le skieur, âgé d'une trentaine d'années et habitant la région parisienne, l'a percuté. L'animal a aussitôt pis la fuite.

NDLR : Un constat même à l'amiable n'a pu être établi - une enquête est en cours -

JOURNAL DU CENTRE Vendredi 2 Mars 2001

 

Chasse exceptionnelle au sanglier, en plaine.

Episode 1

Attention : sangliers !
Des jeunes sangliers échappés de la réserve de chasse de "Bois-Gratton" sèment la zizanie ! Ayant fui l'enclos, à la fin de l'été, profitant de trous de blaireaux, ces petits sangliers (qui grossissent...) se nourrissent dans les prés avoisinant, trouvant graines et vers de terre à foison. Cette population sauvage n'est pas sans poser quelques soucis à l'espèce humaine. Il est interdit de les tirer, la société de chasse ne posséderait d'ailleurs pas suffisamment de "bagues" et ils représentent un danger pour les automobilistes. Et réciproquement, chaque conducteur étant censé rester maître de son véhicule. Bref, sauf à attendre que ces animaux regagnent leurs pénates, il n'y a pas grand chose à faire pour les oublier. Donc, prudence sur les routes de Châteauneuf et La Charité.

Extrait : Le Régional de COSNE du jeudi 9 Octobre 2003


Episode 2

Chasse exceptionnelle au sanglier, en plaine
Battue administrative surprise, massacre sans surprise

L'affaire des sangliers de "Bois Gratton" a été en partie réglée, lundi matin, par une battue administrative surprise. Une moitié seulement des sangliers "fautifs" a été abattue, les autres bêtes courent toujours dans la nature. Plus embêtant cinq animaux sauvages ont péri dans ce qu'il convient d'appeler un carnage.

Depuis plusieurs semaines, une horde de. jeunes sangliers semait le trouble, aux abords de Donzy et du parc, à gros-gibier de "Bois-Gratton". Cette réserve, propriété de la C.D.C., instaurée il y a une trentaine d'année, souffre en fait de la vétusté de ses clôtures. 'Des blaireaux ont mis à mal les grillages, ouvrant la voie de la liberté une dizaine de sangliers, appâtés par les vers frais des prés avoisinants. Ces cochons (tatoués) se mêlant à d'autres bêtes sauvages n'ont pas tardé d'attirer l'attention des chasseurs, agriculteurs (parfois les mêmes) et riverains du parc, accusés de causer des dégâts dans les champs de mais.

D'un point de vue réglementaire, ces animaux se trouvant hors du parc, entraient dans le plan de chasse du secteur. On ne pouvait donc les abattre que dans le cadre d'actions de chasse; les jours habituels sur les sociétés concernées, de Donzy et Suilly-la-Tour. C'est cette dernière société qui a semble-t-il pris le "sanglier par les cornes", demandant l'arbitrage préfectoral, au vu de l'urgence de la situation.

la décision n'a pas traîné, une bonne administrative surprise a été déclenchée lundi 13 octobre, regroupant une vingtaine de fusils suillyzois aux abords du parc à gibier. Surpris par cette "battue surprise", le président de la société de chasse donziaise, M. N., n'a pas été informé de l'action qui s'est déroulée pour une partie, sur son domaine. Le déluge de mitraille a été fatal à cinq jeunes sangliers "fuyards", mais aussi à cinq autres individus sauvages, quatre laies et un mâle. Ce résultat, s'il doit amener un retour au calme provisoire dans les esprits et sur le terrain, est commenté amèrement par d'autres chasseurs : on a prélevé cinq animaux sur le territoire, alors que la population n'est pas en surnombre, ce qui laisse craindre un plan de chasse revu à la baisse, l'année prochaine.

Pour celle année, les chasseurs de la société "St-Hubert, à Donzy, n'ont obtenu le droit de tirer que huit sangliers. Ils espèrent voir, autre chose, dans leur ligne de mire, les prochaines semaines, que les cinq maigres marcassins rescapés...

Extrait : Le Régional de Cosne du  jeudi 16 Octobre 2003


Episode 3

Droit de réponse
Chasse exceptionnelle au sanglier en plaine

Suite à l'article paru le 16 octobre, dans le "Régional de Cosne" les précisions suivantes sont apportées :
Cette chasse exceptionnelle est due au mauvais entretien du parc privé, de Bois.Gratton et en espérant que le propriétaire va y remédier.
Ce n'était pas la société de chasse de Suilly-la-Tour qui était aux commandes de l'organisation, mais le gérant d'un GAEC (Groupement Agricole d'Exploitation en Commun), suite aux dégâts importants sur les cultures.
Il n'y avait pas une vingtaine de fusils suillyzois, six seulement étaient présents.
Le lieutenant de Louveterie (celui qui est chargé par l'État d'organiser les battues aux animaux sauvages) avait ses invités, plus les chasseurs de la Grilloterie.
Ce ne fut pas un carnage, il y a eu 5 sangliers de morts, 4 mâles et une femelle, et non dix.
Le président de chasse de Donzy est mal informé sur les limites de son territoire, la battue a eu lieu sur des terrains et bois privés, avec autorisation des propriétaires, et hors plan de chasse.
Tout a été bien organisé, la gendarmerie a été avertie et est passée.
Il y a eu aussi le passage d'un garde de l'ONC (Office National de la Chasse).
Messieurs les chasseurs de Donzy, s'il vous plaît, un peu plus de civisme.
L.M. - gérant du GAEC

Episode 4

Peut être ?....ou peut être pas?

Extrait : Le Régional de Cosne du  jeudi 23 octobre 2003

  

Le nageur en détresse était un ....sanglier !

Barcelone. - Un sanglier, perdu en mer, a été sauvé par la garde civile au large de la Catalogne (nord-est de l'Espagne) qui l'avait d'abord pris pour un nageur en détresse et a eu toutes les peines du monde à le ramener à terre.

Le sanglier de 50 kg a été repéré à trois kilomètres de la côte, près d'Arenys de Mar (Costa Brava), a expliqué un porte-parole de la garde civile locale, ajoutant qu'il devait nager depuis dimanche, au minimum, pour avoir parcouru une telle distance.

Ce sanglier a pu arriver jusque-là en raison des fortes pluies des derniers jours. Il est possible qu'il soit tombé dans un cours d'eau, qu'il ait ensuite été entraîné jusqu'à la mer, où désorienté Il a nagé vers le large. L'animal a été repéré, mardi matin, par une patrouille de la garde civile.

Le Journal du Centre Jeudi 11 Décembre 2003

 

Trois sangliers et un âne viennent à bout d'une locomotive.

Paris. - Le train qui reliait Genève à lrun, en Espagne, dans la nuit de lundi à hier, a subi un retard de six heures après avoir percuté trois sangliers et un âne, qui sont venus à bout d'une locomotive, a annoncé la SNCF.

Le train, qui transportait environ deux cents voyageurs, a d'abord heurté trois sangliers, vers 1h45, à hauteur de Chasse-Sur-Rhône (Isère). Après vérification de la locomotive par le conducteur, le convoi est reparti.

Moins de deux heures plus tard,- à 3h 40, il percutait un âne qui se promenait sur les voles à hauteur de Bédarrides (Vaucluse). Cette fois, la locomotive rendait l'âme et un train de fret devait pousser celui des voyageurs. jusqu'à Montpellier.

Journal du Centre Mercredi 17 décembre 2003

 

CHASSE AUX SANGLIERS - LES ANIMAUX EGARES ONT ETE ABATTUS

Cinq sangliers qui s'étaient égarés dans un espace vert entre une école maternelle et une maison de retraite - à Ludres - dans la banlieue de Nancy ont été tirés lors d'une battue demandée par la mairie mardi. La harde de sangliers avait déjà été aperçue, dimanche sur le parking de la mairie, avant de s'installer pour la nuit dans un jardin public puis d'élire domicile prés de l'école maternelle.

Journal du Centre Jeudi 24 Novembre 2005

Quand le laxisme avance

Plus de problèmes pour poursuivre le gibier en auto, le dépasser et se poster à un endroit favorable : sous la pression de certains "spécialistes " du genre, le schéma cynégétique du département de la Nièvre autorise désormais la possibilité de se déplacer en véhicule au cours de l'action de chasse.

Jolis rodéos en perspective, en attendant l'étape suivante : permettre de tirer par les fenêtres des 4 x 4! Et à quand les "automitrailleuses à cochons" ?

lu dans un autre article

"... Dans le département de la Nièvre, une dérogation de l'article L424-4 de la loi sur le développement des territoires ruraux autorisant le déplacement en véhicule à moteur d'un poste de tir à un autre dès lors que l'action de chasse est terminée, se met en place.

Il s'agirait d'autoriser les tireurs à se déplacer en véhicule à moteur pendant les battues aux chiens courants, d'un poste de tir à un autre, sans attendre la fin de la traque!

Tant du point de vue éthique, sportif moral et sécuritaire, il nous paraît difficile de trouver des aspects positifs à cette initiative.

Le schéma départemental de gestion cynégétique est un document important élaboré pour 6 ans, il doit être consensuel et conforme à une éthique irréprochable, car il nous engage fortement vis-à-vis des autres utilisateurs de la nature".

Extraits d'une revue spécialisée chasse grand gibier de juin 2006
Et pourquoi pas le retour de la chevrotine et le droit d'affût ?!....

 

 

    Retour à l'index


© Site du sanglier de A à Z - JFO Décembre 97.
Mise à jour le 15-06-2015.