Le Sanglier

Il vit en solitaire, dans la grande forêt,
Rejoignant sa toute belle, juste pour la noble cause !
Procréer est pour lui, un devoir, et après,
Il s'en retourne vivre, tout seul, c'est bien morose.

Mais, ainsi va sa vie, il hante les grands bois,
Fouillant le sol humide, en recherchant les glands,
Croisant sous la futaie, Dame Biche aux abois,
Suivie d'un jeune faon, tous les deux bondissants.

Souvent la laie grognant, suivie de ses petits
Traverse la clairière, poursuivie par les chiens,
Si l'un d'eux fatigué, entre leurs crocs est pris,
Le maître de ceux-ci, lui dira, "allez viens" !

Et il l'élèvera, le prenant d'amitié!
Le marcassin suivra, son maître, comme son ombre,
Se promenant ensemble, je crois, en vérité,
Qu'il arrive bien souvent, des miracles en ce monde !

Sauvages ! l'êtes-vous? Bêtes de nos forêts,
Quand le soleil décline, à l'ombre des grands chênes,
Vous peuplez les grands bois, et vous faîtes discrets,
Restez sous leur couvert, ne venez pas en plaine !...

Vous êtes pourchassés, traqués par les chasseurs,
Qui voient à travers vous, les rôtis, les ragoûts,
Ils pensent satisfaits, à un certain bonheur,
Que la table leur apporte, c'est normal, entre-nous !

Des forêts Ardennaises, à la Corse si belle,
Le sanglier vit là, en bande au solitaire,
Il représente la force, la vaillance éternelle,
L'emblème de ma région, il a tout pour me plaire.

                Madeleine DOUCET
                Mai 1998.

Retour


© Site le Sanglier de A à Z - JFO 261297
La reproduction de ce poème est interdite sans l'accord préalable de l'auteur. Merci.