LE SANGLIER et son odorat

Les fonctions de relation du sanglier
Les récepteurs La vision Le toucher L'ouïe L'odorat Le goût
Les émetteurs la voix - le langage L'odeur Les signaux optiques

 

Préalable Généralités Exemples-preuves Références
L'odorat est sans aucune doute le sens N° 1 du sanglier.
On peut même dire qu'il "voit" aussi grâce à cette faculté.
et la preuve, selon un vieux diction et repris par l'académicien Pierre Moinot. Lorsqu'en forêt une brindille tombe, le cerf la voit, le chevreuil l'entend et le sanglier la sent -
Cet odorat très développé lui est indispensable pour sa sécurité et aussi pour la recherche de nourriture. Groin au vent !
Il se déplace en flairant et lorsqu'il fouit le sol, il ne se trompe pas. Attitude classique du groin au vent pour déceler toute odeur suspecte ou amicale !....
Retour en haut de page

L'odorat est sans aucun doute l'un de ses sens les plus développés. Par vent favorable le sanglier peut détecter jusqu'à 300 m la présence d'un homme, de même, il sentira, après plusieurs heures le passage des promeneurs ou des chasseurs.
Selon Pascal Durantel : "...Les sangliers communiqueraient aussi entre eux par des signaux olfactifs. La reconnaissance olfactive individuelle, qui permet la mémorisation de l'odeur du marcassin par la laie, s'effectue par contact nasal des glandes carpiennes situées entre les membres antérieurs."

L'odorat exercerait aussi une fonction importante dans l'organisation sociale.

 

Un groin qui me rappelle ?
Retour en haut de page

A la chasse en battue, il n'est pas rare qu'un sanglier passe en revue tous les postes d'une ligne et aille sauter précisément là où il n'y a personne. Cet odorat très développé lui est indispensable pour sa sécurité et aussi pour la recherche de nourriture . Il se déplace en flairant et lorsqu'il fouit le sol, il ne se trompe pas.
En Allemagne le sanglier est utilisé pour "la sécurité et la défense" et il détecte la drogue mieux que certains chiens.

On connait aussi l'image du sanglier apprivoisé pour la recherche des truffes.

Un champ ensemencé sera souvent visité la nuit suivante par les sangliers. Au grand désespoir de l'agriculteur
Retour en haut de page

Documents et ouvrages à consulter

Si vous souhaitez vous exprimer sur le sujet :  Pour envoyer un message

Références :  Revue du chasseur de sanglier - N° 11 - Juin/Juillet 1997
Le sanglier - F.Marion - Editeur Gerfaut Club-Princesse
Extrait du chasseur français de décembre 2007
Article de Pascal Durantel
Retour en haut de page

Retour à l'index


© Site du sanglier de A à Z - JFO Décembre 97.
Mise à jour le 03-11-2011.