La Chevrotine

Munition largement utilisée autrefois pour la chasse du sanglier dans les armes à canon lisse.

Son interdiction datant des années 70 ( Le 2 mars 1972 exactement ) , elle a été remplacée par les armes rayées ou par le développement de la balle unique en canon lisse.

Depuis quelques années, elle revient en scène !!! réclamée par une tranche de chasseurs, quels arguments ???

 

Voici un article paru dans une revue locale de chasse - Nièvre Avec l'accord de son auteur - que je remercie chaleureusement pour son accord et surtout pour son plaidoyer pour l'interdiction de cette munition.
 

TIR DU SANGLIER À LA CHEVROTINE : BEAUCOUP DE BRUIT POUR RIEN OU VÉRITABLE RETOUR D'UNE MUNITION

Sujet d'actualité depuis quelques mois, l'utilisation de la chevrotine pour le tir du sanglier divise le monde de la chasse, chaque camp avançant ses propres arguments.

A l'origine de cette discorde, un texte voté par le Conseil d'Administration de la FNC permettant à un Président de Fédération Départementale des Chasseurs de demander au Préfet l'autorisation d'utiliser cette munition sur tout ou partie de son territoire après avis de la CDCFS. Rappelons que cette utilisation était interdite par les décrets du 2 mars 1972 et du 30 avril 1974 sauf dérogation ministérielle dans les secteurs de maquis ou garrigue. Munitions composées de projectiles multiples 9, 12, 15, 21 ou 28 grains (seules ces deux dernières catégories sont concernées), utilisées dans des fusils de chasse à âme lisse, les chevrotines étaient utilisées autrefois pour le tir des gros gibiers.

Remplacées par les cartouches à balle dans la plupart des départements, elles restent utilisées dans certains (Landes, Corse ...) en fonction du type de végétation locale. Ces départements y voient, soit une efficacité accrue au regard de la responsabilité de gérer leur budget dégâts (Landes), soit une justification d'ordre culturel (Corse). Il est vrai que cette munition est efficace à courte portée mais avec une capacité de pénétration très faible.

L'Association Nationale des Chasseurs de Grands Gibiers a un avis tout à fait opposé et, se fiant à un rapport de l'ONCFS liste un certain nombre d'inconvénients : - Forte dispersion des chevrotines dès la sortie du canon. - Insuffisance du groupement pour garantir un tir létal efficace au-delà de 20 m. - Diminution rapide de la vitesse des projectiles. - Énergie cinétique insuffisante pour simplement casser les gros os d'un animal de 40 kg à 40 m. - Probabilité de ricochets très important du fait du nombre de projectiles, de leur faible vitesse et de leur constitution sphérique.

Il semble bien cependant que le véritable problème soit bien une question d'éthique. Le chasseur se doit d'utiliser une munition précise, suffisamment puissante pour assurer une mort rapide, ce que seule la balle tirée de préférence dans un canon rayé permet.

C'est pour cette raison que le CA de la Fédération Départementale des Chasseurs de la Nièvre a émis un avis défavorable à l'application de cette mesure.

Rémi GONTHIER, Président délégué de la FDC 58

Mars 2014 - La Chasse en Nivernais

 

Documents et ouvrages à consulter
Références : 

    Retour à l'index


© Site du sanglier de A à Z - JFO Décembre 97.
Mise à jour le 24-10-2014.