Les histoires de sanglier
dans les livres d'école

Principalement des histoires réservée à la lecture et aux commentaires, aux divers travaux de vocabulaire, grammaire, rédaction et dessin.

 

Dans la collection ARMAND COLIN de Maurice et Marcelle TARNIER, CLAUDE ET ANTOINETTE à la maison forestière -
46. - Alfred Le Marcassin.

alfred_le_marcassin.jpg (41793 octets)p.188

Cette journée sera décidément pleine d'aventures ! Pendant qu'on goûtait et que Mme Dumont contait l'histoire des cinq grenouilles, de violents aboiements ont éclaté dans la cour. Charles est sorti avec précipitation.
Que se passe-t-il?
Dehors, Vesta est en arrêt devant la niche du chien. Mais cette niche est fermée d'une barrière à claire-voie, et ce n'est pas un chien qu'elle abrite.
"Votre chienne a flairé notre marcassin, dit le garde Dumont. Voilà qui va intéresser les enfants. "
Pendant que Charles s'occupe d'écarter Vesta,
M. Dumont conte la capture du jeune sanglier.
"Nous étions, l'automne dernier, infestés de ces animaux. Vous savez qu'ils vont par troupes et qu'ils ravagent en une nuit les champs ensemencés. Or, au cours d'une battue, nous surprîmes une laie et ses petits. Les marcassins étaient très jeunes. De temps à autre, la mère leur donnait à téter, comme une chatte aurait fait pour ses chatons.
J'hésitais a me servir de mon fusil. Certes, les sangliers sont malfaisants, mais enfin il y avait là une mère qui nourrissait ses petits. Par malheur, un autre chasseur avait déjà tiré. Surprise par le coup de feu, la laie fit un bond dans un fourré voisin, entraînant ses enfants. Mais il en restait un, le plus petit, étourdi, un peu touché à la patte.
- Vous l'avez recueilli, Monsieur Dumont?
- Oui. Il était de la taille d'un gros chat, avec des poils raides et roussâtres et deux jolis petits yeux noirs, pas méchants. Charles a eu la patience de l'élever au biberon comme un enfant. Il l'a appelé Alfred. C'est celui que vous allez voir. "
On avait enfermé Vesta dans la grange, mais celle-ci donnait de furieux signes d'impatience. La brave bête, avec son instinct- de chasseresse, ne comprenait pas qu'on l'enfermât quand son ennemi était dans la cour. Peu lui importait que ce fût un sanglier apprivoisé !
"Sortons maintenant" dit M. Dumont.
Charles avait soigneusement fermé la grande porte charretière et il ouvrit la petite barrière de la niche. Il fit entendre un sifflement particulier. Quel ne fut pas l'étonnement des visiteurs de voir accourir un joli sanglier encore jeune, qui se jeta dans les jambes du garçon ! Celui-ci lui donna une tape d'amitié. L'animal grogna de satisfaction. A partir de ce moment, il ne quitta plus son maître. Il allait et venait dans la cour, en le suivant comme un petit chien.

alfred_le_marcassin2.jpg (85999 octets)p.190

Cependant, Claude et Antoinette n'étaient qu'à moitié rassurés. Ils s'étaient rapprochés de M. Guillemin et l'avaient pris par la main.
"Vous pouvez être tranquilles, dit M. Dumont. Alfred ne connaît que Charles. Il craint les autres personnes et ne se laisse pas approcher.
- Est-ce qu'il boit toujours du lait?
- Non, il est maintenant trop grand. Il se nourrit à peu près comme notre porc dont il est, après tout, le cousin germain.
- Mais ne craignez-vous pas qu'un jour il ne s'échappe ?
- Pas pour l'instant. Il ne saurait encore trouver seul sa nourriture dans les bois. Cependant, ajouta le garde en hochant la tête, je commence à être moins rassuré à cet égard. L'autre jour, malgré ma défense, Charles l'a emmené dans notre carriole à Dompierre. Des chiens l'ont flairé et aperçu.
Le sanglier s'est échappé. Une bataille a eu lieu. La bête a roulé un des chiens avec son groin. Notre Charles, qui est courageux, a pris le marcassin dans ses bras pour le soustraire à la fureur des chiens.
- C'est égal, ajouta M"1" Dumont, l'aventure sera pour nous un avertissement.
- Oui, ajoute M. Dumont. J'aurai l'oil sur lui, surtout quand ses défenses commenceront à pousser. Mais, j'ai mon fusil, camarades, et ce jour-là, je vous inviterai à déguster un bon cuissot de venaison. "

EXERCICES ORAUX

1° Que voyons-nous sur la gravure (p. 190) ?
Quel est l'un des chasseurs?
Où se passe la scène ?
Que fait la laie?
Le chasseur blessera-t-il animaux ?
Qu'arrive-t-il à cet animal ?
2° Racontez clairement l'aventure arrivée à Charles Dumont le jour où il emmena son marcassin à Dompierre.

EXERCICES ÉCRITS

1° Ecrivez les noms des animaux suivants, en y ajoutant le nom de la femelle et de ses petits. Ex. : Le sanglier, la laie, les marcassins.
Le cheval, ... Le mouton, ... Le chat, ... L'âne, ... Le coq, ...
2° Dessin : En vous aidant de la gravure (p. 188), dessinez un sanglier.

Chiche et si on se le faisait ce devoir !?.....  

DICTEE (Classe du C.E.P)

Chasse au sanglier.

Le limier bondit en aboyant, aboi qui tourne au hurlement sourd, connue étranglé, à mesure que le chien approche du solitaire. A ce moment, un bruit de choses brisées éclate. La bête s est jugée surprise et cherche à fuir. Elle se jette dans le sentier de droite, revient, tente une autre issues. Cette fois, ayant partout senti l'homme, ne comptant qu'un chien à ses trousses, renonçant à fuir, le solitaire a pris son parti et fait tête. Il est au ferme au milieu d'une clairière étroite. Immobile., adossé à un arbre, puissant et lourd, chargé de viande, il surveille le chien des yeux. Le chien, arc-bouté sur ses pattes, à distance de saut, hurle, hurle à la mort... Cependant le chasseur a gagné la clairière. A sa vue, le solitaire se ramasse. C'est forcer le passage ou mourir qu'il faut ! Le chien l'étourdit de son hurlement sans oser l'assaillir; il va le charger : déjà il baisse ses défenses. Deux balles, coup sur coup, l'abattent.

 

Et les exercices qui suivent :

LA CHASSE

1. Orthographe d'usage. - 1. Remarquez tes mots italique Distinguez les homonymes: comptant (v. comptes), content (joyeux), qu'on tend (v. tendre); le saut, un seau (vase), un sceau (timbre), un sot (sottise). - 3. Distinguez: un aboi, il aboie, et l'expression aux abois; prendre son parti, et abandonner la partie.

2. Orthographe de règles. - 1. Analysez: en aboyant, ne comptant. - 2. Justifiez : brisées, s'est jugée, adossé. - 3. Justifiez les infinitifs : fuir, forcer, mourir, oser. l'assaillir, le charger. - 4. Conjuguez assaillir à i'ind. prés, et au futur. - 5. Conjuguez mourir au passé composé.

3. Le sens des mots. -o 1. Le limier est un gros chien de chasse pour le gros gibier. - 2. Le solitaire : mot réservé au sanglier, parce qu'ordinairement , devenu vieux, il erre seul. 3. Qu'est-ce que: prendre son parti et faire tête ? être au ferme ? s'arc-bouter ? hurler à la mort ? assaillir ? 4. Que sont les défenses du sanglier ? - 5. Qu'est-ce que se ramasser ?

 

Sources : L de Pesquidoux, Travaux et jeux rustiques (Pion, édit.)

 

Références :  TARNIER. - Claude et Antoinette à la maison forestière . Librairie Armand Colin page 188 - livre de lecture courante Cours élémentaire - 1931
L de Pesquidoux, Travaux et jeux rustiques (Pion, édit.)

    Retour à l'index

 


© Site du sanglier de A à Z - JFO Décembre 97.
Reproduction interdite sans l'accord de l'auteur
Mise à jour le 05-07-2012.