HISTOIRES DE S.........

Voici une histoire véridique (1995).

    Un jour de chasse, alors que j'essayais de convaincre un jeune chasseur de limiter le tir des sangliers adultes, celui ci me rétorqua  :
"... bof ! des conneries tout ça... ça se reproduit comme des lapins ..."
et moi de répliquer immédiatement
" Ah bon ? et des lapins,  il y en a beaucoup ?... "
" ...ben non,  y'en a pu !.." (sic).

    Le pire dans toute toute cette histoire, c'est que la mentalité de cette même personne n'a pas évolué d'un iota plusieurs années après, et qu'elle n'est toujours pas convaincue de la nécessité de gérer les populations de sangliers.

Encore d'autres plus légères :

      Hier soir, au moment où je sommeillais en attendant de me lever pour mon footing quotidien de 5h du matin, mon sanglier domestique a fait tomber dans la baignoire mon radio-réveil qui n'a donc pas sonné, et ce n'est que lorsque les pompiers sont entrés en hurlant 'AU FEU!' que j'ai réalisé qu'il était trop tard pour venir au bureau ce matin.
      Tard dans la nuit, tandis que je faisais un somme après avoir fini de traduire Guerre & Paix en Mandarin, mon sanglier domestique s'est pris les pates dans le fil électrique de mon radio-réveil qui n'a donc pas sonné, et ce n'est qu'après l'entrée fracassante de la SPA que j'ai bondi hors de mon lit pour me ruer au bureau.
Amusant oui? non!  à vous d'en créer d'autres

Que d'histoires et en voila une de queue ... en histoire ?...

MONSIEUR JEAN LEBEL DE LA TOUR DE LA MADELEINE

Digne héritier de notre Maître à tous Gaston Phébus comte de Foix et d'Ariège, vos exploits de nemrod font la fierté des humbles compagnons de chasse que nous sommes.

Inspiré par les mânes de Diane, déesse vous ayant sans aucun doute transmis les gênes de sus scrofa, nous citerons vos prouesses, uniquement celles que votre modestie nous a permis de connaître.

Ainsi n'avez-vous pas, par grand froid, bravé les glaces de CHANTELOUP afin de ramener à la terre ferme un chevreuil agonisant ?

Votre adresse au tir vous a permis en de multiples circonstances de désailer des canards fleurtant dans les airs avec le firmament.

Un après-midi, n'avez-vous pas, animé d'un pétillant feu intérieur, au risque de périr par noyade ou hydrocution après maints efforts, arraché un poteau, puis mouillé d'eau, de sueur, emprunté une barque pour aller quérir un volatil abîmé à quelques mètres de la berge d'un étang.

Voici quelque mois, au ferme, un sanglier blessé, ivre de douleur; hirsute, écumant vous a chargé, menaçant de découdre nos chiens. N'écoutant que votre courage vous avez terrassé l'animal et sauvé nos fidèles compagnons. Malheureusement après une lourde chute; où vous avez été cruellement blessé d'un terrible coup de boutoir.

Plus récemment, votre maintenant légendaire adresse vous a permis d'un coup de fusil audacieux de couper la queue d'un énorme sanglier. Celui-ci, affaibli par cette blessure fatale est tombé foudroyé.

aniqueue.gif (5114 octets)

L'assemblée ici présente en remerciement des mémorables faits décrits ci-dessus prie votre auguste personne d'accepter d'être élevé au rang de chevalier de la queue du sanglier d'or et de recevoir le trophée de la dite queue.

recipiendaire.jpg (15407 octets) Photo du récipiendaire lors de la remise du trophée de la queue du sanglier d'or.
Texte : Techon du château des Rouches.(Communiqué par un chasseur nivernais)

 

Monsieur JEAN T. de Vichy, chassait le lapin, lorsqu'il se trouva, soudain, nez à nez avec un énorme sanglier. N'étant pas armé pour abattre un gibier de cette taille, le chasseur dut battre précipitamment en retraite. Mais le sanglier, rendu furieux par cette fuite, s'attaqua aux bottes du chasseur et, de son groin, parvint à les arracher. M. T. se demande encore comment cette aventure se serait terminée, si un groupe de chasseurs, passant à proximité, n'avait mis un terme à la carrière (belliqueuse) du sanglier. Il s'agissait d'un mâle pesant quelque 70 kilos. DANS LA FORÊT DE RAMDAN

sanglierbottes.jpg (15016 octets)

Sources : Revue nationale de la chasse  

Il y a longtemps, au siècle dernier Pardi!

traces_feuilles_gard.jpg (41594 octets)

Comme de mémoire d'homme jamais pareil fait ne s'était produit, je crois le cas trop rare pour ne pas être signalé.

Lédènon (Gard) F. PAGES,  abonné.

LE CHASSEUR FRANCAIS - du mois  d'Août.......... 1912 - page 521

Une belle Capture

Une belle Capture. - Depuis quelques semaines, de nombreuses traces renouvelées presque jour, signalaient dans nos bois la présence d'un animal insolite. Plusieurs chasseurs m'affirmaient qu'il s'agissait d'un sanglier :  Un sanglier ? m'écriais-je, mais on n'en a jamais vu dans nos parages ! Excité par leurs paroles et désireux d'en avoir le coeur net, je parvins à décider quelques amis qui, comme moi, jugèrent bon d'organiser une battue. Chance inespérée, nos chiens prennent une piste et peu après furieux et sans relâche aboient désespérément autour d'un épais buisson. Après quelques minutes d'attente, le pachyderme enfin, se déloge de son gîte ; c'est alors une course folle et remplie d'émotions. N'étant pas armé pour cette chasse quoique ayant de très bons fusils, je parvins moi-même à abattre le solitaire de deux coups de fusil chargé de chevrotines. - Ce sanglier qui pesait le poids respectable de 86 kilos, fut rapporté comme un trophée en triomphe, dans la commune de Lédenon, dont je suis l'heureux habitant.

NDLR : En 2006 , plus de 18.000 sangliers on été prélevés dans le département du Gard

1783 - 1786 - Près de Cognac, un sanglier monstrueux défie plus de soixante chasseurs?

On peut dire que ce sanglier a donné du fil à retordre aux chasseurs de Saintonge et d'Angoumois réunis pour le détruire. Il faudra trois années de battues et plus de quatre-vingt chasseurs pour en venir à bout. Il avait la peau à l'épreuve des balles, courait vite, traversait rivières, fleuves et étangs. Le chroniqueur nous fait courir la campagne au nord de Cognac et, fidèle à la tradition des chasseurs, il en a peut-être un peu rajouté...

Le 29 Novembre dernier, dit le Rédacteur du Journal de Saintonge , plusieurs Gentilshommes des environs de Cognac, ont tué un sanglier d'une énorme grandeur. Cet animal avait la tête extrêmement allongée, le grouin  très pointu, la gueule armée de défenses d'une forme extraordinaire, les soies du corps blanches, celle de la tête de couleur fauve, le cou garni d'une bande noire en forme de cravatte, l'oreille droite et large , et (ce qui doit paraître surprenant eu égard à sa grosseur) ; il était d'une agilité peu commune.... La suite en se rendant sur le site de Pierre....
Sources : http://www.histoirepassion.eu/spip.php?article1626
Mes remerciement à Pierre Collenot créateur et auteur du site histoire P@ssion pour son accord.

    Retour à l'index 


© Site du sanglier de A à Z - JFO Décembre 97.
Reproduction interdite
Mise à jour le 13-05-2010.